jeudi 21 mai 2015

Observer, accueillir et se libérer de la souffrance émotionnelle .

La vie nous amène à vivre toutes sortes d'événements, qui créent en nous des émotions qui nous touchent, nous chahute, nous bouleverse ..  pleinement sur l'instant .
Caractéristique de quelqu'un de vivant ..
Certains sont douloureux que cela soit des deuils, des séparations ou des changements d'état.
 Il y a donc la douleur vécue, ce bouleversement intérieur suite à une situation extérieure.
Suite cet instant T, il y a plusieurs options, l'acceptation et le lâcher-prise ou la souffrance .

 La souffrance est ce qui peut en découler, se vivre ensuite .
( Si ce n'est pas gérable, on la pose en déni ou refoulement, pour plus tard ...)
Elle est, pour moi, basée et nourrie par les histoires, nées de nos références personnelles de vécu, qui se racontent en boucle dans notre univers intérieur .
Sur le rejet et le refus de la réalité de l'instant, de ce qui est là, maintenant .

De là naissent les pensées que cela ne devrait pas être, d'une part ce qui vient se manifester jusqu'à nous et d'autre part que l'on ne devrait pas vivre cela comme ça de l'intérieur .
Le dérapage est très subtil et c'est en cela qu'il me semble évident que la première étape est d'observer ce qui se raconte, ce qui se vit .
Je vis cet événement difficile, je le vis avec telle et telle émotion . Il est essentiel de les reconnaitre et les accueillir comme elles se présentent, sans les juger, sans se juger, sans vouloir être déjà dans autre chose .

C'est ce qui est, ce qui se vit, en cet instant, point .

Ensuite vient l'idée que ce n'est pas juste, que l'on ne le mérite pas, de comment on a fait pour ne pas le voir, etc ... C'est à cet instant précis que démarre cette petite roue subtile, ce sont ces histoires qui nous font souffrir et qui nous font passer à côté de l'opportunité de l'instant présent .
Le plus délicat, c'est qu' elles deviennent petit à petit des croyances ancrées, que l'on prend pour des vérités et que l'on ne remet plus en question .
On est assis dessus et on ne les voit plus .
Il n'y a pas à se battre contre elles, juste les écouter, les observer, elles sont là et prendre connaissance de leurs contours, de leurs boucles, de ce qu'elles racontent .
Ce n'est pas de la complaisance, juste une écoute véritable .
Ensuite on peut les remettre en question tranquillement, est-ce que c'est vrai ?
Est-ce que je peux y faire quelque chose ?
Qu'est ce qui ce cache vraiment derrière ?
Une peur, une profonde tristesse, de la colère ..

Une fois que l'on a conscience de cette boucle, elle est démystifiée, on sait qu'elle est là mais l'on peut revenir au présent et choisir ce que l'on veut, elle ne nous influence plus complètement, puis de moins en moins et progressivement on revient à notre liberté, sortis de son emprise .
En arrêtant de croire ou de combattre ces histoires, ces boucles, on cesse de les nourrir, elles arrêtent de nous faire souffrir .

Ce n'est plus l'événement qui nous fait souffrir mais bien le blabla installé depuis .

Il est important d'être affectueux et compatissant avec soi-même dans ce qui se vit et arrêter de vouloir se forcer à aller plus vite et être déjà passé à autre chose quand c'est nier l'état qui se vit .
Arrêtons de nous faire violence .

La vie est tellement bien faite que nous sommes multiples .
Nous avons cette chance de pouvoir nous entraider, de nous montrer les uns les autres nos angles morts, nous accompagner ensemble  pour nous retrouver, revenir apaisé après la tempête ...

et nous rouvrir à sourire pleinement :)






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire